Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Paiement en 3 fois disponible sur toutes nos pièces

Livraison gratuite en France métropolitaine et en Europe

Décoder la joaillerie : la fabrication d'un bijou Omala Paris

Nous sommes fiers de pouvoir dire que tous nos bijoux sont fabriqués à la commande et à la main, au sein d’un atelier français de renommée. La création de bijoux est un processus assez long et complexe, qui requiert une bonne capacité de projection, un grand niveau d'écoute et de transparence avec l’atelier qui a la tâche sensible de donner vie à nos idées, et le travail combiné de plusieurs métiers experts afin de créer des pièces délicates mais aussi durables.
Pour comprendre ce qui se passe dans les coulisses de la création Omala Paris, c’est par ici : 

  1. Le dessin

Coco Chanel a dit : "L'essentiel n'est pas le tissu ! L'essentiel, c'est l'idée !". Comme dans le secteur de la mode, la fabrication d’un bijou débute par une idée, plus ou moins précise, que nous commençons par coucher sur le papier, sous la forme d’un croquis. 

Chez Omala Paris, c’est notre co-fondatrice, Gwenola, qui imagine les futures pièces et les dessine à main levée. Un peu geeks sur les bords, nous accompagnons généralement nos dessins de visualisations faites sur PC, pour nous assurer que nous transmettons parfaitement nos idées et que l’atelier prend la bonne direction.

  1. Conception et impression 3D

Une fois que l’atelier a reçu notre “brief”, une équipe récupère le dessin ainsi que nos explications et se charge de traduire nos idées dans un logiciel 3D. C’est la magie de la joaillerie : nous combinons tradition artisanale et méthode modernes.

On obtient à cette étape une CAO (“conception assistée par ordinateur”) : en d'autres mots, des plans 3D très précis qui nous permettent de valider la forme du bijou dans ses moindres détails, le poids et la taille des diamants, la longueur des chaînes fines en or, le type de serti pour les diamants…

Une fois que nous avons validé ces plans techniques avec le bureau d’études, l’atelier lance le prototypage du bijou. Cette étape est très importante car elle permet de concrétiser l'idée de design et de valider les volumes du bijou avant de lancer la fabrication. Pour réaliser les prototypes rapidement et avec précisions, nous utilisons une imprimante 3D. 

Prototypes 3D des bagues Rosa, Angela et Nellie


Lorsque nous avons validé le prototype avec l’atelier, il ne reste plus qu’à lancer la fabrication de la pièce de joaillerie. Là aussi, il y a plusieurs étapes qui impliquent différents métiers experts.

  1. La fonte à la cire perdue

On utilise le prototype imprimé en 3D pour créer le moule qui va servir à fabriquer le bijou final en or 18k.

Premièrement, on vient prendre l’empreinte du prototype 3D avec du silicone ou du caoutchouc, qui vient l’envelopper et créer un premier moule. Ensuite, on y injecte de la cire liquide, on obtient alors en quelque sorte un nouveau prototype à la forme du bijou, mais en cire cette fois-ci.

On place ensuite cette cire, avec les autres cires des modèles que l’on souhaite fabriquer (il peut s’agir d’une même bague que l’on veut fabriquer en plusieurs tailles, par exemple), sur un “arbre de cire”. Ce dernier est placé dans un cylindre de métal, qui est ensuite rempli d’un mélange de plâtre puis cuit. Grâce à la cuisson, la cire va fondre à l’intérieur et laisser son empreinte dans le plâtre. Ce moule inversé est le moule qui va être utilisé pour fabriquer le bijou final.

Il ne reste plus qu’à retourner le cylindre rempli du plâtre solide, et cette fois-ci y couler l’or en fusion (qui est donc à l’état liquide), pour remplir les empreintes et remplacer la cire.
Ce cylindre est ensuite placé dans de l’eau froide pour refroidir le métal et permettre au plâtre de se désagréger.

On obtient ce qu’on appelle une “fonte brute”, la base du bijou est créée mais elle est encore assez grossière.

  1. Reprise du bijou

On s’occupe alors de reprendre la fonte brute pour lui donner l’aspect souhaité. On va venir nettoyer le bijou et l’ajuster en le limant, le taillant...

  1. Sertissage

Étape cruciale et délicate, le sertissage consiste à venir “fixer” la ou les pierres précieuses sur le bijou (dans notre cas, des diamants de synthèse créés en laboratoire sont fixés sur la structure en or 18k recyclé).
C’est un métier à part entière, qui nécessite beaucoup de patience et de rigueur.

Il existe de nombreux types de serti, le serti clos (à l’image de notre collier Grace ou des boucles d’oreilles Gloria), le serti griffe (que vous pouvez retrouver sur notre collier Louise ou la bague Rosa), le serti grain (utilisé pour le pavage, comme sur notre bague Angela), le serti dans la masse, le serti barrettes… 

  1. Polissage

Vient alors la dernière étape pour les artisans joailliers, lors de laquelle le bijou est poli de façon manuelle ou mécanique. Le polissage permet d’effacer les différentes traces apparues lors de la manipulation du bijou et d’obtenir une surface parfaitement lisse. Chez Omala Paris, nous aimons jouer avec les effets, certains de nos bijoux sont en or brossé (un fini mat très doux), comme le médaillon de notre bracelet Louise.   

Polissage boucle oreille gloria or 18k diamants de synthèse omala paris

  1. Contrôle qualité

Nos bijoux sont précieux et votre satisfaction est une priorité, c’est pour cette raison que notre atelier procède systématiquement à un contrôle qualité de toutes les pièces qui quittent l’atelier. De notre côté, nous testons nos bijoux lors de la phase de développement produit, afin de nous assurer qu'ils sont confortables et pratiques à porter au quotidien, et vérifions également chaque pièce avant qu’elle soit envoyée à une cliente. 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Inscrivez-vous à notre newsletter et obtenez 10% de réduction sur votre première commande.

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat